Interview de notre Partenaire – Le Bon Samaritain

Interview avec Paul Dardel, fondateur de l’application mobile Staying Alive et président chez le Bon Samaritain.

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre société ?

J’ai été médecin urgentiste pendant 15 ans. Passionné par le monde de la tech, j’ai lancé Staying Alive en 2011 dans le but de référencer les défibrillateurs partout en France et dans le monde. La base s’est constituée progressivement pour devenir la première, tant en quantité qu’en qualité de référencement. Elle recense aujourd’hui 220.000 DAE dans le monde dont plus de 100.000 en France. Elle s’améliore en permanence grâce à notre niveau élevé de maintenance et aux mises à jour faite par nos utilisateurs.

Ensuite, est venue l’idée de lancer Le Bon Samaritain, service d’alerte à distance destiné à lutter contre la mortalité liée à l’arrêt cardiaque. La finalité étant de permettre aux services d’urgence d’utiliser Staying Alive pour avertir les utilisateurs volontaires de la survenue d’un arrêt cardiaque à proximité directe, et de les envoyer effectuer les gestes qui sauvent sur la victime avant l’arrivée des secours officiels.

Initié en 2016, le service totalise aujourd’hui 170.000 bénévoles prêts à répondre aux alertes déclenchées par les 70 services d’urgence départementaux français équipés de notre solution. Nous sommes devenus un maillon essentiel de la chaîne de secours.

Qu’est-ce qui vous a plu du Cardio First Angel ?

C’est un objet qui apporte une assistance efficace notamment à des volontaires manquant d’expérience, devant effectuer leur premier massage cardiaque avec appréhension. Il offre deux avantages significatifs : il permet de doser très précisément la force à déployer pour le massage, facteur d’incertitude chez les néophytes, et il donne une indication du rythme à employer grâce au délai de réarmement du cliquet.

La conjugaison de ces deux éléments constitue un apport indéniable aux débutants faisant face à un stress élevé.

 

Quel futur imaginez-vous pour le Cardio First Angel ?

Le Cardio First Angel pourrait par exemple être installé avec tous les défibrillateurs pour rendre les premiers gestes plus faciles et plus rassurants pour les bénévoles ou pour n’importe quel citoyen en mesure de secourir une victime en arrêt cardio-respiratoire. On pourrait également le déployer dans le cadre des formations aux gestes qui sauvent pour expliquer son fonctionnement, et rendre son utilisation plus évidente en cas d’urgence.

 

Dans quelle mesure pensez-vous que le Bon Samaritain et le Cardio First Angel sont complémentaires ? Pourquoi ?

Nous poursuivons le même but et les mêmes objectifs. D’un côté, Le Bon Samaritain représente un ensemble de bénévoles dont la majorité est formée aux gestes qui sauvent, qui sont susceptibles d’être déclenchés et de porter secours très rapidement à des victimes en détresse vitale. De l’autre, le Cardio First Angel est un élément qui pourrait se trouver avec les défibrillateurs quand ils sont apportés vers les victimes par les Bons Samaritains. De ce fait Cardio First Angel et Le Bon Samaritain sont complémentaires.

 

Dans quels milieux pensez-vous que le Cardio First Angel est essentiel ?

La question ne se pose pas, il devrait être accessible partout. Dans n’importe quel milieu, privé, professionnel, scolaire, lieux publics… Au même titre que les défibrillateurs, un outil destiné à améliorer la survie à l’arrêt cardiaque comme le Cardio First Angel doit être disponible en permanence quel que soit l’endroit. Les solutions existent, elles sont à portée de main, il faut continuer à mobiliser le public pour qu’il se forme.

le bon samaritain
staying alive
Téléchargez l’application Staying Alive et procurez-vous un Cardio First Angel.
qr code Staying alive
LBS + staying alive

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique